Ce site utilise des cookies pour permettre de reconnaître un internaute d’une visite à une autre, pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des pages. Pour en savoir plus, et paramétrer vos cookies.

  • Accueil
  • Portrait d’un(e) salarié(e) aidant(e)

Portrait d’un(e) salarié(e) aidant(e)

L’aidant(e) est une personne qui donne du temps et de l’énergie pour s’occuper d’un proche qui, du fait d’un handicap, d’une maladie invalidante ou de l’avancée en âge, a besoin de soutien dans sa vie quotidienne.

Quelques éléments de contexte

Sous l’influence conjuguée des progrès de la médecine et du vieillissement de la population, la prise en compte des salariés qui aident quotidiennement un proche rendu dépendant par l’âge, la maladie ou le handicap est une réalité qui s’impose de plus en plus au sein des entreprises.

Les salariés aidants représentent un nombre croissant d’actifs qui devrait atteindre dans un horizon proche près de 25%1, ce qui représente environ 68% de la population totale des proches aidants, 55% d’entre eux travaillant à temps plein.

Les femmes représentent environ 60% de la population des salariés aidants – et des proches aidants en général, avec une moyenne d’âge s’établissant autour de 58 ans2. Pour autant, les générations les plus jeunes peuvent elles aussi être concernées par l’accompagnement d’un enfant malade - ou en situation de handicap - ou de parents fragilisés.

L’impact de l’aide sur la vie professionnelle

Les aidants en emploi se déclarent plus fréquemment en bonne santé que les autres aidants (72% vs 67%). Toutefois, pour 20% d’entre eux, l’aide apportée a eu des conséquences sur leur vie professionnelle – arrêt temporaire, carrière pénalisée…3

Cette situation génère une organisation de vie dominée par une forme aigüe de déséquilibre pour le salarié, qui doit concilier horaires de travail et disponibilité auprès de la personne accompagnée pour réaliser une multiplicité de tâches : tâches ménagères, tâches administratives, soutien psychique, soutien physique… Cela peut parfois représenter plus de 5 à 6 heures par jour4.

72% des salariés aidants interrogés considèrent que l’accompagnement de leur proche malade a une incidence négative sur leur concentration et leur efficacité au travail et 90% évoquent « stress, anxiété, fatigue et troubles physiologiques5». 47% d’entre eux avouent avoir dû procéder à des aménagements dans leur vie professionnelle, même si, contrairement aux idées reçues, les aidants ne sont pas plus absents que les autres salariés.

Les attentes des salariés aidants

Le manque de temps (39%) et la fatigue (21%) sont les deux principales difficultés éprouvées. Elles expliquent que les attentes des salariés aidants s’orientent principalement vers :

  • Davantage de flexibilité : adaptation des conditions de travail et aménagement du temps de travail aux contraintes des collaborateurs aidants (horaires, congés…. Voire travail à distance).
  • Du soutien matériel pour pouvoir se faire aider : des aides financières spécifiques de l’entreprise (type CESU) par exemple

 1Source DREES
 2Panel national des aidants familiaux BVA Novartis
 3Panel national des aidants familiaux BVA Novartis
 4Etude Pixel 
 5Etude nationale France Alzheimer
 

posture-a-adopter