Ce site utilise des cookies pour permettre de reconnaître un internaute d’une visite à une autre, pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des pages. Pour en savoir plus, et paramétrer vos cookies.

  • Accueil
  • Stratégies d'organisation possibles

Stratégies d'organisation possibles

Sommaire

Avertissement

La très grande hétérogénéité des situations rencontrées - poids des salariés aidants dans les effectifs, nature et contraintes de l’aide apportée… - ainsi que des organisations, des modes de management ou des cultures d’entreprise, rend illusoire la mise en place d’une organisation présumée « idéale » pour prendre en charge les salariés aidants. 

C’est la raison pour laquelle, nous vous proposons deux stratégies d’actions possibles, à considérer comme deux bornes extrêmes et qui sont à partager, enrichir et faire évoluer avec le reste de l’entreprise.
 

Stratégie 1 : la centralisation de la gestion et des réponses

Ce que ce type de stratégie implique :

Ce type de stratégie implique une très forte responsabilité des RH sur le dispositif mis en place : cela passe par exemple par la gestion et la prise en charge en direct des salariés aidants, la formalisation des réponses, le suivi de leur situation.

Cela passe aussi par des modes d’actions fortement centralisées, de type ligne téléphonique dédiée, appel à des prestataires externes…
Elle vient souvent créer un niveau d’intervention supplémentaire à l’organisation existante

 

Pour quel type d’organisation est-elle adaptée ?

Ce type d’organisation est plutôt adaptée à des entreprises à effectifs plus réduits (et pouvant par exemple mutualiser leurs moyens avec d’autres), faiblement implantées sur le territoire (un établissement unique ou quelques établissements seulement) et avec une ligne managériale peu autonome ou principalement dédiée à un rôle de contrôle.
 

Stratégie 2 : la décentralisation de la gestion et des réponses

Ce que ce type de stratégie implique :

Ce type de stratégie implique une délégation des responsabilités auprès de l’ensemble des parties prenantes : cela passe par exemple par davantage d’autonomie pour les managers, qui disposent de marges de manœuvre pour gérer les situations au plus près du terrain, ou par la mise en place d’autres relais tels que les assistantes sociales, les infirmières de site, la RSE...

Ce type d’organisation vient souvent se juxtaposer avec l’organisation existante, en utilisant parfois les mêmes canaux et modes d’actions que ceux dédiés aux personnes malades, personnes handicapées…

 

Pour quel type d’organisation est-elle adaptée ?

Ce type d’organisation est plutôt adaptée à des entreprises dont l’activité est réalisée de façon autonome (encadrement, responsabilisation forte des salariés…) et décentralisée (forte implantation territoriale…). Elle impliquera davantage de formation des relais concernés.